L’activité physique après une opération chirurgicale

Un rétablissement plus rapide, moins de complications postopératoires, un meilleur moral… Nombreux sont les bénéfices liés à la reprise d’une activité sportive après une opération, à condition néanmoins de respecter certaines précautions.

Une fois remis d’une opération, il est favorable de pratiquer une activité physique pour une meilleure récupération. Cependant, il est conseillé de suivre les recommandations des professionnels de santé :

  • recommencer une pratique sportive une fois les douleurs disparues
  • quinze jour à trois semaines : c’est le délai moyen nécessaire après une intervention chirurgicale
  • une rééducation sportive médicalement suivie s’impose avec exercices physiques  adaptés et encadrés

Retrouvez tous les conseils  surmntetvous.mnt.fr

L’activité physique pendant la grossesse : avantages et risques

 

Rester active pendant la grossesse peut être bénéfique pour la future maman comme pour le bébé. Cependant, certaines pratiques sportives sont formellement déconseillées pour les femmes enceintes tels que les sports où les risques de chute sont importants.

Doucement, pas trop longtemps, en restant vigilante : telles sont les règles d’or pour maintenir une activité physique pendant sa grossesse.

Quels sont les avantages et les risques pour pratiquer du sport pendant votre grossesse ? Découvrez tous nos conseils sur MNT et Vous pour continuer à bouger en toute sérénité.

Activité physique et tabac : quelles pratiques adoptées ?

Le sport, un allié pour se protéger des effets néfastes de la cigarette ? Contrairement aux idées reçues, il n’est pas recommandé de pratiquer un sport d’endurance si vous êtes fumeur. Néanmoins, l’activité physique peut être efficace dans l’arrêt du tabac.

Les risques encourus pour un fumeur qui pratique une activité physique intense sont réels. La combinaison des deux peut en effet s’avérer très traumatisant pour le corps. Il est important de demander l’avis de son médecin et de respecter quelques recommandations :

Ne pas fumer 2 heures avant l’effort, pendant l’activité et 2 heures après.

La pratique d’une activité physique est avant tout un bon moyen pour aider au sevrage du tabac. Les étirements, le stretching, le yoga sont des pratiques sportives relaxantes qui assouplissent les articulations et peuvent également aider à pallier le manque de nicotine.

Le sport et le tabac : comment les concilier ? Pour en savoir plus, rendez-vous sur MNT et Vous

 

L’inactivité physique a-t-elle des conséquences sur notre santé ?

 

L’inactivité physique est caractérisée par un niveau insuffisant d’activité physique ne permettant pas d’attendre le seuil de 30 minutes d’activité modérée 5 fois par semaine. Les conséquences de l’inactivité peuvent être dramatiques.

L’observatoire national de la l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) a publié en 2018 un rapport alarmant. Les résultats de différentes études concordent sur le fait que l’inactivité physique augmente nettement le risque de pathologies cardio-vasculaires, de cancers du sein et de cancers colorectaux.

Pour plus d’informations, consultez le rapport complet de l’ONAPS

 

Quels sont les effets de l’activité physique sur la santé ?

Effets de l’activité physique sur les TMS (troubles musculo-squelettiques)

Une analyse groupée de plusieurs études – une méta-analyse – réalisées récemment par l’équipe de Daniel Steffens a montré de manière flagrante que la pratique d’une activité physique régulière réduisait de 35% le risque de lombalgie par rapport à une population inactive ou peu active. Parmi les activités physiques étudiées et permettant de lutter contre les troubles musculo-squelettiques, nous retrouvons :

  • la gymnastique suédoise,
  • les exercices d’endurance,
  • les exercices de renforcement musculaire,
  • les étirements.

Bienfaits de l’activité physique sur le stress au travail

Le stress intense vécu au travail peut être à l’origine de différents troubles psychiques tels que la dépression, l’épuisement professionnel (burn-out) et l’anxiété. Le stress est lié à la libération dans le corps de différentes hormones comme l’adrénaline et le cortisol. Lors d’une activité sportive régulière, les taux de ces deux hormones diminuent, limitant ainsi l’état de stress.

La pratique sportive permet également la sécrétion par le cerveau d’une substance appelée endorphine qui permet de ressentir un état de bien-être complet. De cette manière, il est ainsi possible de comprendre comment la pratique régulière d’une activité sportive diminue l’état de stress intense et la survenue des maladies qui y sont associées.

L’activité physique facteur de bien-être au travail

Dans un contexte professionnel mouvant où les changements et les évolutions exigent des efforts d’adaptation permanents, la santé des collaborateurs au sein des collectivités territoriale est devenue une priorité. L’activité physique peut jouer un rôle important sur la qualité de vie au travail.

L’activité physique : qualité de vie et qualité du travail

La pratique d’un sport ou d’une activité physique renforce le bien-être de chacun et améliore la qualité du travail individuel et collectif. Une étude française réalisée en 2016 a montré qu’un collaborateur sédentaire qui reprend une activité physique et sportive améliore sa productivité de 6 % à 9 %*.

Ainsi, le cercle vertueux se met en place : le bien-être et la productivité des collaborateurs améliorés font baisser le taux d’absentéisme et accroissent la motivation. Les services bénéficient donc d’une meilleure cohésion d’équipe et d’une diminution du stress. L’ensemble des conditions est alors favorable à l’épanouissement de tous.

L’activité  physique au cœur des collectivités

Dans le cadre du travail, l’activité physique et sportive régulière entre collègues se révèle être un levier efficace de motivation et de bien-être. Selon les experts de la santé au travail, ces activités permettent aux agents d’acquérir la connaissance de leurs capacités, de développer l’esprit d’équipe et donc d’entreprise, ce qui favorisent également le maintien dans l’emploi.

C’est pourquoi, depuis quelques années, des programmes centrés sur l’activité physique et sportive se sont déployés au sein des collectivités par la mise à disposition de salles de gym, gymnases et de parcours de santé. Certaines collectivités participent à la prise en charge financière d’abonnements sportifs.

Zoom sur « Poissy bien être »

En 2017, la ville de Poissy a déployé une offre de 2 heures de pratique hebdomadaire sur le temps de travail des agents. « Poissy bien-être » a été plébiscité par une majorité d’agents estimant que faire de la gym, de la marche, de l’aqua jogging régulièrement entre collègues augmente le dynamisme, la cohésion et réduit le stress ! En déployant ce type de programme, la collectivité met les agents au cœur de ses préoccupations, valorisant le capital humain qu’ils représentent et valorise son image par la même occasion.

3 conseils pour reprendre la pratique d’une activité physique

1. Choisissez une activité physique qui vous plaît : pour exercer un sport régulièrement, la motivation et le plaisir sont essentiels. Lorsque l’on reprend une activité physique, il faut en choisir une activité qui vous plaît vraiment. Pour favoriser l’assiduité, il est conseillé de s’inscrire dans une structure encadrée afin d’être suivi et encouragé par un professionnel (clubs, associations, structures publiques…)

2. Favorisez la pratique d’une activité physique collective : dans la mesure du possible, il faut cibler un sport en groupe car le lien social est un facteur déterminant pour réactiver l’envie.

3. Fixez-vous  des objectifs atteignables : il faut s’écouter, respecter son rythme et son souffle. Répétez-vous que tout ce qui met en mouvement et lutte contre la sédentarité est excellent pour la santé. Et c’est tout simple ! Marcher, monter les escaliers, se lever toutes les 30 minutes pour faire quelques pas, s’étirer, danser… Plus on s’inscrit dans cette dynamique jeune, plus on entre dans un mode de vie actif qui préserve son capital santé pour ses vieux jours.

Le saviez-vous ? 34 % des agents territoriaux estiment que la promotion de la qualité de vie au travail est l’action principale à privilégier par leur collectivité en 2018.**

Sources :
*Étude sur l’impact économique de l’activité physique et sportive sur l’entreprise, le salarié et la société civile réalisée – Cabinet Goodwill Management, 2016.
**Baromètre La Gazette – MNT sur le bien-être au travail dans la fonction publique territoriale, sept. 2017.

Activité physique, inactivité physique et sédentarité

La sédentarité est considérée comme le quatrième facteur de risque de décès dans le monde (6 %). Activité physique, inactivité physique et sédentarité, si ces mots nous sont familiers, il est en revanche plus compliqué de connaître les concepts auxquels ils se réfèrent.

Quelle est la définition de l’activité physique ?

En 1985, Caspersen et al a défini l’activité physique comme « tout mouvement corporel produit par contraction des muscles squelettiques entraînant une augmentation de la dépense énergétique par rapport à la dépense énergétique de repos ». Loin de se limiter à la seule pratique sportive, l’activité physique regroupe ainsi les activités domestiques (tâches ménagères, bricolage…) et de loisirs (jardinage…), ainsi que celles liées au travail ou aux transports (marche, vélo…).

Les bienfaits de l’activité physique sont nombreux et reconnus :

  • limite la surcharge pondérale par l’augmentation de la dépense énergétique et donc la diminution de la masse grasse. Elle permet ainsi de prévenir l’obésité et le diabète de type 2 (avec alimentation) et de traiter le diabète de type 2 (en augmentant la sensibilité à l’insuline),
  • favorise la bonne santé du système cardiovasculaire,
  • facilite l’arrêt du tabac,
  • augmente la densité osseuse et prévient l’apparition de l’ostéoporose (avec alimentation),
  • maintient la mobilité musculaire et articulaire.

L’inactivité physique et sédentarité : quelles différences ?

L’inactivité physique est définie comme un niveau d’activité physique inférieur au seuil d’activité physique recommandé. Celui-ci est de 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée au minimum 5 fois par semaine pour les adultes et de 60 minutes par jour pour les enfants et les adolescents (OMS, 2010).

Différente de l’inactivité physique, la sédentarité est définie pour l’ANSES comme « une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique faible en position assise ou allongée ». Ainsi, vous pouvez ne pas être sédentaire mais être en situation d’inactivité physique.

 

Sources :
– Avis de l’Anses, Rapport d’expertise collective, Actualisation des repères du PNNS – Révisions des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité, février 2016
– Recommandations mondiales sur l’activité physique pour la santé , Bibliothèque de l’OMS : 2009

Emploi sédentaire : comment augmenter son activité physique ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée au minimum 5 fois par semaine pour les adultes. Pas facile quand nous exerçons un emploi sédentaire ! Nos conseils.

1/ Et si vous vous lanciez dans un sport ?

À plusieurs, c’est toujours plus facile ! Proposez à un ami, un proche ou un collègue de venir avec vous. Faites un essai : les clubs sportifs proposent de tester gratuitement les activités au début de l’année scolaire et même pour certains en cours d’année.

Choisissez votre sport selon votre goût et votre objectif.  Si vous souhaitez :

  • travailler votre endurance. Optez pour le cyclisme, l’aviron, la course à pied ou la natation ;
  • augmenter votre masse musculaire. Pratiquez de la musculation, de la gymnastique ou de la planche à voile.
  • améliorer vos réflexes. Le tennis, le badminton et le tennis de table sont les activités sportives les plus adaptés.
  • vous relaxer et détendre vos muscles. Rejoignez un club d’aquagym, de yoga ou de taï-chi-chuan.
  • perfectionner votre esprit d’équipe. Pratiquez un sport d’équipe comme le football, le volley-ball, le handball, le basket ou le water-polo.
  • développer votre côté artistique. La danse, le fitness ou la natation synchronisée répondront à toutes vos attentes.
  • profiter de la nature : la randonnée, la marche nordique ou le vélo tout terrain.
  • affronter un adversaire. Choisissez un sport de combat tels que l’escrime, le judo ou la boxe.
  • développer votre précision. Pratiquez le golf ou le tir à l’arc.

2/ Saisissez toutes les occasions de la vie quotidienne !

Les 30 minutes pour pratiquer l’activité quotidienne recommandées par l’OMS sont parfois difficiles à trouver. Cependant, il est possible de se créer des occasions pour bouger plus chaque jour :

  • Déplacez-vous plus à pied. La marche quotidienne peut s’avérer être un bon exercice cardio-vasculaire. Faites vos courses ou allez chercher les enfants à pied …
  • Privilégiez les escaliers à l’ascenseur ou à l’escalator.
  • Promenez-vous !  Que nous soyons seul, en famille ou avec des amis, une promenade fait toujours le plus grand bien.
  • N’oubliez pas que le ménage et le jardinage sont considérés  comme une activité physique !

3/ Une activité physique au travail ? C’est possible !

Vous occupez un emploi sédentaire ? Prenez le temps de faire une rapide balade pour vous aérer à votre pause de midi et empruntez les escaliers plutôt que l’ascenseur.

4/ Changez votre mode de transport

  • Rendez-vous au travail en vélo.
  • Si vous prenez les transports en commun, descendez une ou plusieurs stations avant votre arrêt habituel et finissez le trajet à pied.

Le saviez-vous ? 7 heures de marche par semaine équivaut à + 4,5 années d’espérance de vie.*

Source : étude « L’ impact d’une activité physique ou sportive sur la santé des plus de 40 ans », menée par la Fondation de l’Avenir pour la MNT, 2014